🍭 Régime sans sucre, ce que vous devez savoir pour réussir 🏅
Le sucre c’est la vie... Ha bon?!!
Savoir Maigrir
🍬 🍭 Le sujet du sucre est trop important aujourd’hui pour votre santé pour l’aborder de façon légère… Cette lettre est assez longue alors si vous n’avez pas le temps de la lire, allez directement voir ma vidéo, je vous explique tout !
Chère BienMangeuse, cher BienMangeur,
Il y a tout juste un an, j’espère que vous vous en rappelez, vous receviez ma première Lettre d’information et celle-ci traitait… du sucre ! Et son actualité est encore brûlante !

Diabète, foie-gras, cholestérol, maladies cardio-vasculaires, cancer, sucres simples ou complexes… Vous allez apprendre beaucoup de choses dans cette Lettre et vous allez voir qu’à la fin, le sucre n’aura plus du tout le même goût.

Le régime sans sucre, ses avantages et ses inconvénients

Le régime sans sucre, ses avantages et ses inconvénients

Voir la vidéo
Blanc ou roux, le sucre que l’on trouve dans le commerce est essentiellement du saccharose. Le sucre blanc en contient au moins 99,8 %, purifié et cristallisé, tandis que la teneur en saccharose du sucre roux oscille entre 85 % et 95 %.

Qu’il soit extrait de la betterave ou de la canne à sucre, les valeurs nutritionnelles sont strictement les mêmes.

Mais savez-vous quelle quantité de sucre nous consommons aujourd’hui en France ?

100 g par jour et par personne !

Et vous connaissez les doses recommandées ?
•  50 g/jour pour les femmes
•  60 g/jour pour les hommes.

Il y a un problème, non ? Vous allez voir les conséquences que cela engendre.

Réduisez votre consommation de sucre en suivant ces conseils

Réduisez votre consommation de sucre en suivant ces conseils

Voir la vidéo
Tout d’abord, contrairement à ce que beaucoup de gens pensent, le diabète n’a pas forcément grand-chose à voir avec une consommation élevée de sucre. Il peut être lié à un facteur génétique, à une déficience de l’insuline ou à un surpoids qui bloque l’action de l’insuline.

Et même si on limite la consommation de produits sucrés chez les diabétiques, on ne peut pas incriminer seulement le sucre dans l’apparition de cette maladie.

En revanche, une consommation excessive de sucre est responsable de ce qu’on appelle la stéatose hépatique ou “foie gras”, maladie extrêmement répandue aujourd’hui. Le problème, c’est qu’elle peut évoluer en cirrhose dite “non alcoolique”.

J’y reviendrai dans quelques semaines dans une lettre spéciale où je vous expliquerai comment j’ai aidé mon ami Guy Carlier à perdre 125 kg… Vous verrez, c’est impressionnant.

Les excès de sucre… des conséquences plutôt fâcheuses !

Les excès de sucre… des conséquences plutôt fâcheuses !

Voir la vidéo
Par ailleurs, une consommation excessive de sucre conduit à une augmentation de la circulation des graisses dans le sang. Bizarre me direz-vous ? Voici pourquoi.

Le corps n’a pas la capacité de stocker trop de sucre. Il finit, en cas de surconsommation, par le transformer en graisses qui vont circuler dans le sang sous forme de triglycérides.

Or, les chercheurs ont découvert que les triglycérides étaient aussi dangereux que le cholestérol pour le coeur et les vaisseaux sanguins. Ils conduisent à l’apparition de plaques d’athérome qui bouchent les artères.

Ajoutez à cela un risque accru de développer une insuffisance coronarienne, un infarctus, un accident vasculaire cérébral, etc.

La dernière révélation scientifique importante, c’est qu’une surconsommation de sucre profite au développement des cellules cancéreuses.

Ai-je besoin d’en rajouter ?


Le nouveau danger, les sucres cachés


Il y a aujourd’hui une présence accrue des sucres cachés dans la plupart des produits de consommation courante, ce qui contribue encore un peu plus à nous faire rechercher la saveur sucrée (c’est elle qui stimule les zones cérébrales du plaisir).

Les industriels utilisent le sucre pour la conservation, car c’est une substance idéale pour prolonger la vie d’une denrée. Mais ils se sont rendu compte que le sucre permettait de modifier le goût de certains aliments et qu’un ajout même infime permettait d’obtenir des aliments qui séduisaient davantage le consommateur.

Le problème, c’est que nous ne pensons pas que certains produits contiennent du sucre (comme le jambon en sachet par exemple qui en contient dans le liquide où il baigne), et nous consommons ce type de produits parce que leur saveur nous procure du plaisir.


Le vrai problème : les boissons sucrées


Alors d’accord, on note une diminution notable du sucre en morceaux et du sucre en poudre, mais de l’autre côté, il y a une augmentation de sa consommation dans les boissons sucrées, produits laitiers, glaces, confiseries, biscuits et autres gourmandises.

Le public semble aujourd’hui traumatisé par les préconisations de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), établies sur des normes étudiées.

Les doses autorisées restent tout à fait raisonnables (rappelez-vous : 50 g/jour pour les femmes et 60 g pour les hommes), cela laisse une marge suffisante.

Le vrai problème de la surconsommation de sucre provient en fait des boissons sucrées. Et là il faut incriminer tout autant les sodas que les jus de fruits, même si on a mis longtemps à en prendre conscience.

Un soda contient en moyenne 13 g de sucre pour 100 g (pour les plus élevés), un jus de fruits à peu près autant. Concrètement, cela signifie qu’une canette de soda comme de jus de fruits fournit à elle seule 40 g de sucre, soit à peine moins que la valeur maximale recommandée par l’OMS. Effrayant non ?

Les excès de sucre… des conséquences plutôt fâcheuses !

Les excès de sucre… des conséquences plutôt fâcheuses !

Voir la vidéo
Or, il n’est pas rare de boire deux grands verres de jus de fruits le matin, tout en étant convaincu qu’on a bien agi pour sa santé.

Comparés aux jus de fruits, les fruits frais ont l’avantage d’apporter des fibres, qui ralentissent l’absorption du sucre. Cela les rend plus intéressants.


Les sirops d’agave ou d’érable et le miel, c’est mieux ?


On me demande souvent si on peut remplacer le sucre par des sirops d’érable ou d’agave… C’est la même chose ! C’est aussi du sucre !

Ces deux produits sont des mélanges de sucres simples équivalent à de l’eau sucrée, avec une teneur certes inférieure à celle du sucre pur, mais cela reste du sucre !

Le miel est à classer dans la même catégorie. C’est un produit sucré… et rien de plus. Toutes les histoires à propos de ses merveilleuses propriétés sont des contes de fées.

Sucre roux, sucre blanc, miel… Que faut-il choisir ?

Sucre roux, sucre blanc, miel… Que faut-il choisir ?

Voir la vidéo
Il contient certes des minéraux, oligoéléments et autres micronutriments, mais en quantité tellement réduite que cela n’a pas d’action positive sur la santé.

Sauf sur un point : les oto-rhino-laryngologistes considèrent que la viscosité du miel est intéressante dans les infections pharyngées ou laryngées, car elle a un pouvoir couvrant sur la muqueuse susceptible d’emporter une partie des germes qui se développent à la surface.


Le sucre dans les régimes


Les régimes changent souvent, en fonction de la mode… et aujourd’hui, c’est le sucre qui se trouve dans la ligne de mire des régimes.

Pendant longtemps, dans l’élaboration des programmes amaigrissants, nous restions concentrés sur les valeurs caloriques des aliments, ce qui nous a conduits à réduire de façon drastique les matières grasses.

Une réduction des lipides reste la règle aujourd’hui, mais de façon nettement moins marquée. La question des apports en sucre n’est certes pas nouvelle, mais certains éléments sont en train de changer.

Pendant longtemps, les régimes ont opposé sucres simples (ou rapides) et sucres complexes (ou lents). Or ce distinguo est en train d’évoluer.

Car un sucre peut être complexe (par exemple, la pomme de terre, qui contient de l’amidon) mais se comporter comme un sucre simple, alors qu’un produit très sucré consommé en fin de repas sera en quelque sorte un sucre lent, parce qu’il va bénéficier du processus global de la digestion et être absorbé plus lentement. C'est pour cela que l'on évoque l'indice glycémique.

Dans un régime sans sucre ou presque, il ne doit y avoir aucun sucre simple et les sucres dits complexes ou lents que l’on peut y trouver doivent toujours être riches en fibres (légumineuses ou pain complet) pour réduire au maximum la vitesse du passage des sucres dans le sang.

Enfin, si limiter les apports en sucre est un facteur de contrôle du poids (sans oublier tous les autres bénéfices pour la santé), il ne faut pas négliger les autres paramètres, comme le contrôle de la quantité et de la qualité des lipides ingérés, ainsi que le choix des protéines.

Alors, le sucre a-t-il toujours le même goût pour vous ?

Manger sainement et équilibré, ça s’apprend, et c’est ce que l’on fait sur le programme Savoir Maigrir où vous pouvez trouver des plans de repas “Sans sucre ou presque”. Passez votre analyse minceur et demandez à votre diététicienne dédiée !
Votre bien dévoué,
signature

FACEBOOK Youtube Instagram

ANNONCE !

Vous qui êtes de fidèles lectrices et lecteurs de cette Lettre, j’ai une annonce à vous faire !

Savoir Maigrir existe depuis plus de 10 ans. Depuis le début, nous écoutons nos Membres. Nous avons noté que pour certaines personnes, il faut quelque chose en plus, car nous ne sommes pas tous égaux face à la perte de poids. Et je sais de quoi je parle. Il faut donc lever TOUS les obstacles

Grâce à nos Membres, nous avons noté les principaux freins qu’on rencontre lors d’une perte de poids. C’est pour cela que, tous ensemble, nous avons décidé de créer ce que nous appelons la Box Minceur Cohen. Facile à retenir, non ? Et c’est vous en réalité qui l’avez composé, grâce à vos recommandations.

La Box Minceur Cohen, c’est quoi ?

Réservée aux Membres du programme Savoir Maigrir, c'est une trousse de secours pour faciliter l’amaigrissement, un ensemble de produits naturels qui nous aident pendant le régime :
des probiotiques pour rééquilibrer la flore intestinale, reconstruire un microbiote puissant
des polyvitamines pour garder la forme, et éviter de grignoter à la recherche de nutriments que notre corps réclame
un draineur-détox pour éviter la rétention d’eau, (vous le demandez toujours)
ou encore la mélatonine pour favoriser un endormissement rapide et un bon sommeil. Et... limiter les pulsions alimentaires parfois

Cela rentre dans le cadre du mouvement #stopobesite : cette opération que j’ai initiée pour faire baisser la courbe du surpoids et de l’obésité en France d’ici 10 ans.

Et comme on a besoin d’unité et de solidarité pour mener (et gagner) ce combat, pour tout achat d’une Box Minceur Cohen, un euro sera reversé à l’Association des Restos du Coeur.

C’est un travail collaboratif qui ne peut évoluer qu’AVEC VOUS !
C'est pour ça qu'avant son lancement officiel le 4 avril 2019, j'invite tous les membres qui essayeront la BOX MINCEUR à participer au BÊTA test et à l'améliorer ensemble !
Par où faut-il commencer pour commencer à maigrir ?
Suivons les 4 étapes suivantes.

Étape 1 : Faites votre Analyse minceur gratuite
Étape 2 : Suivez nos conseils tous les jours sur les réseaux sociaux Instagram et Twitter ou assistez gratuitement à une consultation en direct sur Facebook ou YouTube.
Étape 3 : Inscrivez-vous en choisissant Votre Formule personnalisée et Votre diététicienne : Cliquez ICI.
Étape 4 : Commencez à perdre du poids le lundi suivant : objectif -2 kilos la première semaine !
Vous aimerez aussi :
- "Sommeil et Alimentation : Manger Équilibré Quand on Travaille la Nuit ou en Horaires Décalés
- "Mieux manger pour les Nuls" : l'alimentation est votre premier atout santé
- Effet Yoyo, pourquoi regrossit-on après un régime ?
- Révélation : Les Secrets de la Pyramide... Alimentaire !
- Carences alimentaires : ça vous concerne aussi ?

Pour consulter toutes les archives des Lettres d'Information, cliquez ici.

Pour maigrir et manger mieux, vous ne serez jamais seul(e).

Pour nous contacter à propos de cette Lettre ou du programme, composez le 04 81 09 04 30 - coût d'un appel local, du lundi au vendredi de 9h à 18h.

© 2019 Aujourdhui.com/Anxa Limited.
Tous droits réservés.