En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. En savoir plus et gérer ces paramètres.

Blogs 16 - 25 de 1471

Quand le “règne végétal” porte bien son nom !
Posté le 20-juillet-2020

Je viens aujourd'hui vous parler d'une tendance actuelle à la végétalisation de l'alimentation et de vous donner sur ce sujet un avis objectif !

Les végétaux ont en effet toutes les raisons de garder une place de choix dans l’alimentation. Ils contiennent en moyenne 3% de fibres et il est conseillé de consommer 20 à 25 g de fibres par jour. Il se trouve en effet que la consommation moyenne en France est inférieure à ces recommandations. Pourtant, une consommation insuffisante est associée à davantage de risques cardio-vasculaires, de diabète et de maladies du côlon.

Pourquoi consommer des végétaux :
- Ils permettent de diminuer certaines maladies, grâce aux fibres : cardio-vasculaires en captant le cholestérol, du côlon en favorisant le renouvellement de la muqueuse et le diabète car elles ralentissent l'absorption des glucides.
- Ils favorisent la satiété en augmentant le volume au bol gastrique et en augmentant le temps de digestion. 
- Ils nourrissent notre microbiote : les fibres sont des résidus de digestion non absorbés, ils vont nourrir la flore intestinale et favoriser son développement. Cette action prébiotiques est importante pour la santé digestive l'immunité et même la gestion du poids.
- Ils permettent de diminuer la consommation d'autres produits comme les excès de protéines, de graisses... et participent donc à part entière à votre rééquilibrage alimentaire.
- Ils apportent de la variété dans l'assiette : plus de végétaux, c'est plus de cuisine et donc plus de plaisirs !

Pour conclure, être omnivore reste un modèle alimentaire fiable à condition de laisser une belle part aux végétaux soit au moins 600 g par jour sans abuser des fruits pourvoyeurs de sucre. 

Les végétariens s'en sortent très bien à condition de surveiller les apports en fer. Les végétaliens peuvent également arriver à un équilibre mais végétalien ne veut pas dire manger uniquement des légumes ! Il est important d'assurer un apport en protéines complètes en croisant légumineuses et féculents céréaliers, en consommant des oléagineux et en ajoutant une gélule de vitamine B12 et en surveillant également le fer.

Que ces choix soit santé ou en raison d'une sensibilité à la cause animale si l'on apprend à manier ces produits, on équilibre très bien ses repas ! 

Attention à ne pas récompenser avec des excès de chocolat de graines... et aidez-vous des recettes !

Pour vous éclairer un peu plus, voici comme à l'accoutumé la vidéo qui accompagne ce blog. Bon visionnage et continuez à adopter de bonnes habitudes végétale !.


Sucres et faux-sucres : je fais comment ?
Posté le 13-juillet-2020

Les sucres ou glucides sont des éléments indispensables à la vie et notamment à nos cellules glucoses-dépendantes que sont principalement celles du cerveau. Pour autant notre société est dans l'excès depuis de nombreuses années avec une profusion de produits sucrés en rayon.

On distingue :
- le sucre semoule ou sucre en poudre, en cube ou morceaux : il est présent dans toutes les cuisines, il s’agit simplement du sucre cristallisé tamisé, le saccharose ;
- la cassonade : comme son nom l’indique, est issue de la canne à sucre, c’est un sucre cristallisé roux à la couleur ambrée et une note de rhum ;
- la vergeoise : à ne pas confondre avec la précédente, elle doit sa coloration et son parfum caramélisé à des cuissons successives de sucre de betterave ;
- le sucre glace : sucre cristallisé finement broyé, auquel est ajouté de l’amidon jouant un rôle d’anti-agglomérant. On l’utilise pour les meringues et la décoration des pâtisseries ;
- le sucre vanillé ou vanilliné : ce sont des sucres en poudre additionnés d'au moins 10 % d'extrait de vanille naturelle pour le premier et de vanille de synthèse pour le second.

Il existe également d’autres sucres, moins répandus et plus exotiques : 
- le sucre complet ou intégral ;
- le Muscovado: denses, humides, odorants, ses cristaux brun sombre révèlent des notes épicées et torréfiées, des arômes de réglisse, de café, de caramel, de vieux rhum, parfois une pointe de fumé. Le muscovado doit sa couleur ambrée à la présence de mélasse, le résidu non cristallisable du sirop de canne.
- le Rapadura (nom d’origine guyanaise) : plus parfumé que la cassonade. Ce sont des sucres bruts ou roux plus ou moins raffinés ou recouverts de mélasse.  

Enfin la mode est également au sirop d’agave, sucre de coco ou bouleau qui ont un pouvoir sucrant très important, mais il n’en reste pas moins que 1 g de sucre apporte toujours 4 kcal.

A côté des précédents, nous distinguons les édulcorants intense non nutritifs, qui apportent une saveur sucrée pour de faible quantité, sans calorie. Cependant la prise excessive d’édulcorants pourrait non seulement stimuler le goût pour les produits sucrés, mais aussi stimuler l’appétence pour d’autres produits. Autrement dit, notre cerveau trompé par la consommation d’un édulcorant ne sentirait pas la satiété et serait alors attiré par d’autres produits comme les graisses notamment.

Le sucre est un fournisseur d'énergie essentielle au fonctionnement de notre organisme et notamment pour nos muscles et notre cerveau. Aussi, sans le supprimer il est surtout indiqué de ne pas être dans l’excès de sa consommation. Le sucre ne devrait pas dépasser 10% de l’apport énergétique total d’une journée soit 50 g de sucre environ.

Dans cette portion, il ne faut pas oublier de soustraire les sucres cachés de notre alimentation : les laitages sucrés, les confitures et autre tartinables, les sodas etc.

Enfin, si vous sentez que vous avez une réelle “addiction” au sucre, sur le programme je peux vous aider à vous “désintoxiquer”, grâce au programme Sans sucre ou presque ; qui vous amène à faire des choix alimentaires astucieux avec des féculents à IG bas et une sélection de fruits et légumes peu sucrés.

Cette méthode peut vous aider non seulement à vous déshabituer de votre appétence trop importante pour le sucré mais également à booster votre perte de poids et vous sentir plus en forme. 

En attendant, regardez bien cette vidéo, elle complète ce blog pour vous aider, pas à pas, à bien connaître votre alimentation et à prendre jour après jour de bonnes habitudes !.


Vins, champagne, apéritifs... que contiennent-ils vraiment ?
Posté le 6-juillet-2020

Je vais vous parler aujourd'hui et sans tabou d'alcool ! Bien-sûr, il s'agit d'une substance récréative et souvent associée à la convivialité, mais qui agit fortement sur le cerveau en augmentant l'euphorie dans un premier temps... et avec des en effets plus importants si l'on augmente les quantités.


On appelle boisson alcoolisée ou alcoolique toute boisson (fermentée, macérée, distillée) contenant de l’éthanol. Il s’agit de boissons qui renferment des proportions variables d’alcool éthylique (éthanol) exprimées en pourcentage (volume/volume).

Par exemple si vous lisez 10°, cela revient à 10% d’alcool ou 10 volumes = 10 ml d’éthanol/100 ml de vin. La densité de l’alcool est de 0.8 et donc 10 x 0.8 = 8 g d’éthanol. L'alcool sera dégradé dans le corps par le foie principalement. On considère qu'1 gramme d'alcool apporte 7 kcal.

La fermentation alcoolique est l’ensemble des réactions qui transforme les glucides en éthanol, en présence de levures qui sont sélectionnées pour orienter la fermentation et fermentent spontanément.Avec la fermentation, on ne va jamais au-delà de 17° d’alcool, pour aller au-delà, il faut distiller ou ajouter un alcool fort provenant d’une distillation.

On classe donc :
=> Les boissons fermentées : vin et champagnes de 9 à 17° d'alcool, bière de 2 à 10°, cidre, poiré... La valeur calorique dépend du taux d'alcool (un vin à 15° sera plus calorique qu'un vin à 11°). On compte pour le vin rouge, rosé, blanc sec ou champagne ou autre effervescent environ 100 kcal par verre de 120 ml. Les bières sont moins titrées en alcool (en moyenne) mais plus riches en glucides. 1 bière en moyenne de 250 ml apporte 110 kcal

=> Les apéritifs ou vin liquoreux (porto, martini...) : de 16 à 25° d'alcool. Ces produits contiennent plus de sucre (16 g/100 ml environ) ce qui incite naturellement à réduire la portion consommée autour de 8 cl.

=> Les alcools forts (distillés) : rhum, vodka, whisky... de 40 à 60°d'alcool. En plus d'une distillation, ces alcools sont macérés, aromatisés... La valeur calorique plus élevée incite à limiter la dose à 4 cl environ.

Sans vous faire la leçon, il n’existe aucun argument santé pour proposer une consommation même modérée, du fait du risque de dérive vers une consommation excessive. Il est conseillé une abstinence totale pendant la grossesse, l’allaitement ou pour toutes pathologie hépatique ou pancréatique.


Dans tous les cas, faites attention sur le choix de produit aromatisés avec ajouts de sucre et sur la portion consommée. Les cocktails avec ajout de jus de fruits ou soda et les bières et vins aromatisés et sucrés sont à modérer. Le vin et le champagne reste à privilégier sans dépasser idéalement 5 verres par semaine maximum.

On s'autorise l'équivalence plaisir d'1 verre de vin = 1 fruit de la journée.

Buvez bien de l'eau en parallèle !

Pour aller plus loin, je vous invite à regarder cette vidéo où je fais le tour des boissons que vous retrouvez la plupart du temps lors d'un apéritif. A consommer avec modération !


Le Mc Do : comment éduquer les enfants ?
Posté le 29-juin-2020

Nous avons déjà fait un tour d’horizon des produits proposés chez Mc Donald’s et des ingrédients de base commun à tous les fast food  :
- du pain : pain bun classique, pain aux graines de sésame industriel, plus gras et plus sucré qu’un pain normal de boulangerie ; 
- de la viande : “toastées”  hachées à au moins 15-20% de MG, pour que la viande reste assez moelleuse et juteuse même après une surgélation et cuisson ;
- du fromage : ou plutôt des préparations fromagères ;
- des sauces emblématiques comme celle du Big Mac ;  elle est même très récemment sortie en portion en exclusivité sur quelques jours pour créer l’envie, joli coup marketing ! Mais il ne faut pas oublier qu’elles viennent seulement enrichir en lipides des produits déjà trop gras et pas assez protéinés !!

Le premier bilan montrait que même sous de petites portions, la densité calorique est extrêmement importante. Je refais ce même constat avec le choix de mes petits fils aujourd’hui, qui ne se portent sur le happy meal que pour le jouet et qui rapidement consomment des sandwiches et portion de taille adulte ! 

Que ce soit le Big Mac, 9 nuggets et encore plus les 280 et Blue Cheese Bacon, seuls ils apportent autant de calories qu’un repas complet et même plus ! 

Si on demande aujourd’hui leur avis aux enfants, ils parlent de manger avec les doigts, de jouets, de jeux extérieures et toboggans, l’univers Mc do leur plaît mais finalement leur proposer des frites et burgers maison leur plairait tout autant voir plus !

A l’heure où vous, parents, grands-parents, prenez en main votre alimentation et votre santé, le fast-food ne doit pas être un rituel, il doit rester occasionnel, et rappelez-vous que les bonnes habitudes s’acquièrent dès le plus jeune âge !

J’en veux pour preuve cette vidéo avec mes petits fils. Parce que s’il vont chez Mc Do, ce n’est pas pour la qualité nutritionnelle des produits : regardez !


Le Top 6 Des Fruits d'Été ! Trop Bons !
Posté le 22-juin-2020

Le 21 juin sonne la fête de la musique, la fête des pères, mais également le début de l’été ! Bon nombre d'entre vous attend avec impatience l'esprit de liberté des vacances après cette période de confinement, mais aussi le renouveau dans l’assiette qui l’accompagne ! J'ai pour cette raison choisi de vous parler aujourd'hui des fruits d'été.

Bien-sûr, vous savez, grâce au programme Savoir Maigrir, que les fruits sont, dans des proportions variables :
- riches en eau, 
- en fibres, 
- en vitamines et minéraux, 
- mais aussi en sucre. 

Ils ne sont donc pas conseillés à volonté dans votre programme.

Mon panier de saison :
- La fraise : petites baies marquantes de l'arrivée des beaux jours, elles se démarquent par leurs valeurs caloriques modestes avec 35 kcal/100 g et une richesse en vitamine C avec 67 mg/100 g. Leur forte coloration est due à des pigments ayant un rôle antioxydant. Plus elles sont mûres et colorées et plus le contenu en antioxydants est intéressant. Préférez une consommation crue et le plus proche possible de la cueillette.

- Le melon : très riche en eau (90,1 %), le melon participe à l'hydratation quotidienne. Sa valeur énergétique moyenne est de l’ordre de 34 kcal pour 100 g avec un taux de glucides moyenne de 7 % ce qui est bien inférieur à la moyenne des autres fruits. Avec la mangue et l’abricot, le melon fait partie des fruits qui contiennent le plus de bétacarotène (provitamine A) avec 418 µg/100 g pour les melons à chair orange mais moins pour les melons à chair jaune ou verte. La vitamine B9 importante pendant le premier trimestre de grossesse est bien représentée : 0,100 mg/100 g. Côté minéraux, le potassium domine largement donnant au melon des propriétés diurétiques. Enfin, les fibres ne dépassent pas 1 g pour 100 g ce qui en fait un fruit très bien toléré.

- La pastèque : composée à 92 % d'eau, la pastèque possède des propriétés hydratantes particulièrement intéressantes lors de fortes chaleur. Avec seulement 6.5 % de glucides et 30 kcal pour 100 g, c'est également un fruit peu calorique. Peu riche en minéraux, elle apporte tout de même 110 mg de potassium pour 100 g. Les principaux composés antioxydants de la pastèque sont des caroténoïdes, mais plus particulièrement sous forme de lycopène qui n'a pas d'action vitaminique. Enfin, la pastèque est l’un des aliments les plus riches en citrulline, un acide aminé qui dans le corps se transforme en arginine et joue un rôle sur les systèmes cardiovasculaire et immunitaire.

- Les pêches de brugnons : Ces fruits à noyau apportent en moyenne 9% de glucides qui reste tout à raisonnable. Ils représentent une source remarquable de provitamine A (ou carotène) surtout dans les fruits à chair jaunes, plutôt que ceux à chair blanche. Enfin avec 2 g de fibres sous forme soluble, pêches, nectarines, brugnons sont particulièrement bien tolérées surtout si l'on prend soin d'éliminer la peau et de les consommer bien mûrs. La vitamine C est peu présente, dans ces fruits.

- L'abricot : il  représente une source remarquable de provitamine A (ou carotène. Ainsi 2 petits abricots fournissent 1,5 à 3 mg de provitamine A, ce qui correspond pratiquement à 50 % de l’apport quotidien conseillé chez l’adulte. L’abricot, on bénéficie d’un apport très important en potassium : 315 mg aux 100 g et est également une source appréciable de fer (2.5 % des AJR), de cuivre (près de 5% des AJR), de magnésium (3% des AJR). Lorsqu’il est consommé “mûr à point”, l’abricot est un fruit parfaitement digeste. Son assimilation est favorisée par sa consistance tendre et moelleuse, et par sa saveur légèrement acidulée qui stimule les sécrétions gastriques. Ses fibres, très bien tolérées, sont bénéfiques pour le fonctionnement intestinal.

Vous allez vous réagler et pour vous mettre l'eau à la bouche, voici la vidéo sur le sujet :. Bon visionnage !


Blogs 16 - 25 de 1471

Votre Analyse Minceur (env. 2 min)

Je suis
un homme
une femme
Je mesure
cm
Je pèse
kg
Je voudrais peser
kg
J'ai
ans




Retrouvez votre ligne en changeant vos habitudes alimentaires

J'ai déjà fait mincir des milliers de personnes et aujourd'hui, c'est vous qui allez en profiter.

Retrouvez la méthode sur

Rejoignez la communauté Savoir Maigrir sur Facebook et suivez les dernières nouveautés

Retrouvez toutes les vidéos et l'actu de votre coach grâce à sa chaîne Youtube

Suivez toute l'actualité de Jean-Michel Cohen sur Instagram

Restez connecté à la méthode Savoir Maigrir de Jean-Michel Cohen grâce à Twitter