😋Les pâtisseries ! Est-ce vraiment décent d'en parler ?
La religieuse au chocolat, un péché ?
Savoir Maigrir
Quand vous passez devant une boulangerie/pâtisserie, vous sentez les tentations gourmandes qui arrivent ? Si vous n’avez pas le temps de vous arrêter lire cette Lettre, voici la vidéo qui la complète !
Chère BienMangeuse, cher BienMangeur,
Pour commencer cette nouvelle Lettre (la 60ème !), je vous pose une colle… Selon vous, à quand remonte les premières pâtisseries fabriquées par des hommes ?

Si vous me dîtes au début du XIXe siècle quand le célèbre Antonin Carême a perfectionné la recette de la pâte feuilletée, vous n’y êtes pas.

Vous allez voir que la gourmandise ne date pas d’hier… !

La boulangerie/pâtisserie : un lieu de débauche calorique ?

La boulangerie/pâtisserie : un lieu de débauche calorique ?

Connaissez-vous bien vos besoins énergétiques ? La consommation énergétique de l'organisme correspond à la somme de 5 grands types de dépenses caloriques :
Si vous me dîtes au Moyen- ge ou même à l’Antiquité quand les Grecs ont créé le melipecton, l’ancêtre du pain d’épices, vous êtes encore loin du compte…

En fait, ce qui caractérise en premier lieu la pâtisserie, c’est l’ajout d’un ingrédient sucré à la recette de base du pain, c’est-à-dire la farine et l’eau.

Et si on s’en tient à cette définition, c’est à l’âge néolithique que les hommes ont commencé à ajouter des céréales riches en sucre comme le maïs ou le blé à la recette du pain.

De la farine, de l’eau... Et du sucre… beaucoup de sucre !

De la farine, de l’eau... Et du sucre… beaucoup de sucre !

Donc ça ne date pas d’hier, et au fil des siècles les recettes se sont affinées, enrichies et diversifiées. On a rajouté des graisses, du lait, des œufs, des fruits et, évidemment, toujours plus de sucre !

Ensuite, ce qui caractérise aussi les pâtisseries, ce sont les types de pâte qu'on utilise : il y a les pâtes levées, avec de la levure, comme les pâtes à brioche, les pâtes sèches qui sont plus riches en graisses comme la pâte brisée ou sablée, et enfin les pâtes molles qui comportant œufs battus, comme pour les madeleines.

Le vrai problème avec les pâtisseries, c’est qu’il est extrêmement difficile de les comparer entre elles car les recettes n’ont rien à voir les unes avec les autres. Une part de tarte aux pommes n’a rien à voir avec une religieuse au chocolat qui n’a rien à voir non plus avec un quatre-quarts…

Donc il est difficile de savoir a priori ce qu’on doit choisir pour un dessert.

Le macaron, fleuron international des pâtisseries françaises

Le macaron, fleuron international des pâtisseries françaises

Ce qu’on peut faire en revanche, quand on est au supermarché, c’est de comparer entre eux les produits qui correspondent à une même appellation.

Prenons par exemple les madeleines. On va trouver différents types de madeleines dont on va pouvoir étudier soigneusement les compositions comme on vous l’indique sur le tableau suivant :



On s’aperçoit par exemple que la qualité des œufs choisis mais aussi leur quantité sont très différentes.

C’est un premier indicateur : on trouve des œufs extra-frais, ou alors des œufs entiers normaux, qui représente entre 12,3 et 20 % du total des ingrédients. Résultat : sur le plan nutritionnel, ça n’a rien à voir…

Mon conseil c’est de toujours privilégier les produits qui contiennent le plus d’ingrédients naturels comme les œufs et le lait dans leur recette.

Les produits que j’appelle “naturels” ce sont ceux que vous pourriez retrouver dans vos placards ou votre réfrigérateur. Et quand vous voyez des composants aussi suspects que le sirop de glucose-fructose comme c’est le cas dans le tableau, surtout passez votre chemin…

La valeur calorique d’une madeleine ? Jusqu’à 450 Kcal/100 g !

La valeur calorique d’une madeleine ? Jusqu’à 450 Kcal/100 g !

Maintenant que vous avez compris le principe, je vous propose à titre d’exercice pratique, de comparer plusieurs quatre-quarts industriels.

C’est un produit facile à analyser car la recette originale est inscrite dans son nom : un quatre-quarts traditionnel c’est ¼ de farine, ¼ de beurre, ¼ de sucre et ¼ d’œufs. Donc quatre quarts en tout.

Des amis Bretons m’ont partagé ce tableau ;)



A partir de là, si vous constatez comme sur le tableau comparatif que sur certaines étiquettes, il y a beaucoup plus de sucre que de beurre ou d’oeufs, ou si le beurre est inexistant et a été remplacé par une huile végétale, vous pouvez facilement démasquer les supercheries.

Dès lors, quand vous choisirez un quatre-quarts au supermarché, mon conseil est de faire davantage confiance à la composition qui se rapproche le plus de la recette originale.

Pâtisseries fraîches VS pâtisseries surgelées


Pour finir cette analyse pâtissière, je vous propose de nous intéresser aux valeurs nutritionnelles des pâtisseries en fonction, cette fois, de leur mode de conservation : les pâtisseries fraîches comparées aux pâtisseries surgelées.

Il y a de très grosses différences, donc ca vous permettra d’orienter vos choix en toute connaissance de cause.

Regarder bien ce tableau :



J’ai distingué 3 catégories classiques : d’une part, les pâtisseries au chocolat ou à la crème, ensuite les tartes et entremets aux fruits, enfin les pâtisseries à pâtes molle comme les cakes, quatre-quarts, pains d’épices, madeleines, et autres…

Ce qu’on constate immédiatement, c’est que les tartes aux fruits sont vraiment beaucoup moins caloriques que les autres pâtisseries. Et vous pouvez remarquer avec les chiffres entourés qu’on peut passer du simple au double de lipides entre une crème au chocolat fraîche et une tarte aux fruits surgelée.

Ensuite, les produits frais sont systématiquement plus caloriques que les produits surgelés. Pour une pâtisserie au chocolat de type éclair ou religieuse, cela varie de 20% et l’explication tient souvent dans la quantité de sucre utilisée.

Manger une religieuse au chocolat... Un péché ?

Manger une religieuse au chocolat... Un péché ?

On utilise en fait beaucoup moins de sucre pour les préparations industrielles surgelées que pour les pâtisseries fraîches. Surprenant non ?

Pour conclure, je ne vous conseillerai pas, pour des raisons évidentes, de consommer des pâtisseries trop souvent, ça doit rester un produit exceptionnel réservé aux grandes occasions comme les fêtes, les anniversaires ou les repas en famille.

Essayez dans la mesure du possible de préparer vos pâtisseries à la maison, vous contrôlerez mieux les quantités de sucre et de sel, et vous serez sûres de la qualité et de la provenance du beurre.

Dernier conseil, pour les quatre-quarts ou les tartes aux fruits (cette dernière étant le meilleur chox), n’hésitez pas à couper des portions plus petites, ça procure le même plaisir et vous évitez certaines conséquences fâcheuses…

Je vous laisse regarder ces 2 vidéos, elles vont vous aider à mieux faire vos choix quand vous allez à la Boulangerie/Pâtisserie.

Votre bien dévoué,
signature

FACEBOOK Youtube Instagram
Par où faut-il commencer pour commencer à maigrir ?
Suivons les 4 étapes suivantes.

Étape 1 : Faites votre Analyse minceur gratuite
Étape 2 : Suivez nos conseils tous les jours sur les réseaux sociaux Instagram et Twitter ou assistez gratuitement à une consultation en direct sur Facebook ou YouTube.
Étape 3 : Inscrivez-vous en choisissant Votre Formule personnalisée et Votre diététicienne : Cliquez ICI.
Étape 4 : Commencez à perdre du poids dès votre inscription : objectif -2 kilos la première semaine !
Vous aimerez aussi :
- Manger moins de viande et vivre en meilleure santé ? Les effets positifs des végétaux
- 🍹Eau, Jus de fruits, sodas, bières, vins... comment gérer vos boissons de l'été
- Les fruits & légumes: comment bien les consommer pour garder la ligne tout l'été !
- 🥛Le lait et les produits laitiers : voici comment les consommer et ce qu'il faut éviter
- Les protéines animales : quelle quantité consommer pour votre santé ?

Pour consulter toutes les archives des Lettres d'Information, cliquez ici.

Pour maigrir et manger mieux, vous ne serez jamais seul(e).

Pour nous contacter à propos de cette Lettre ou du programme, composez le 04 81 09 04 30 - coût d'un appel local, du lundi au vendredi de 9h à 18h.